Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fiche de lecture : Micromégas de Voltaire

31 Décembre 2016 , Rédigé par Tess Publié dans #Scolarité

Micromégas est un conte philosophique de Voltaire paru en 1752. Il s'agit des aventures d'un Sirien et d'un habitant de Saturne qui s'instruisent mutuellement, puis, partant à la découverte de nouveaux savoirs, découvrent les humains.

Nous présenterons sur cette fiche de lecture une biographie de l'auteur, suivie d'un résumé puis d'une présentation des personnages principaux ainsi que des thèmes qui y sont abordés. Enfin, nous verrons l'intérêt du livre et les liens que nous pouvons établir avec d'autres œuvres de la littérature.

 

 

 

 

. L'auteur

François-Marie AROUET dit VOLTAIRE (1694-1778) est un écrivain et philosophe français des Lumières, célèbre notamment pour son importante correspondance et surnommé le « Roi Voltaire ». Il mène de brillantes études au collège jésuite Louis-le-Grand jusqu'à ses 17 ans, désirant devenir homme de lettres au lieu d'avocat à l'image de son père. Il commence à fréquenter des salons dont celui de la duchesse du Maine où le Régent est vivement critiquer (1715). Il est embastillé pendant 11 mois et à sa sortie commence à publier sous le pseudonyme de « Voltaire » : Œdipe (1718), La Henriade (1723). Il est contraint de s'exiler en Angleterre en 1726 après qu'il ait tenté de se venger d'une humiliation du chevalier de Rohan. Il découvre en Angleterre une société où le pouvoir du roi est maîtrisé. Il y rencontre écrivains, philosophes et savants ; s'installe à Londres où il devient un véritable « philosophe », s'initiant à l'essai politique et au roman. Ses Lettres philosophiques (1733) sur la nation anglaise y connaissent un immense succès, plus modéré en France où il rentre en 1728. De 1733 à 1749, il entretient une relation avec Emilie de Châtelet, femme d'esprit qui l'initie à la science et la diplomatie. Admirateur de Newton, il vulgarise ses idées en France alors que ses propres œuvres scandalisent de plus en plus le clergé qui le contraignant plusieurs fois à s'enfuir. En 1736, il démarre une importante correspondance avec le futur Roi Frédéric II de Prusse dont il se rend souvent à la cour sans vouloir s'y installer. Grâce à ce soutient et celui de Madame de Pompadour, il devient historiographe de France. Il tente ensuite de conquérir l'Académie française, il y fait entrer ses amis et avec beaucoup d'hypocrisie (éloge des Jésuites) il se fait élire le 2 mai 1746 (à sa mort, l'Académie est majoritairement voltairienne avec à sa tête d'Alembert). Il publie la même année Zadig clandestinement. Emilie meurt en 1749, il s'installe alors à Berlin et à la cour où il côtoie le roi tous les jours mais à la suite d'une brouille, décide de gagner les Délices de Ferney. C'est sa période la plus active : Candide ou de l'Optimisme (1759), Poème sur le désastre de Lisbonne (1756), Traité sur l'Intolérance à l'occasion de la mort de Jean Calas (1763), l'Ingénu (1767). Il collabore à l'Encyclopédie et critique l'Église, se bat contre l'absolutisme, l'obscurantisme et l'intolérance comme l'Affaire Calas qu'il fait réhabiliter en 1765. Catherine II de Russie s'intéresse également à Voltaire. Celui-ci retourne à Paris, et, prit d'un mal incurable se soigne à l'opium tout en se tournant ers Dieu. Après sa mort, il entre au Panthéon en 1791, face à son rival Rousseau.

 

. L'œuvre

L'œuvre est composée de sept chapitres :

I – Voyage d'un habitant du monde de l'étoile Sirius dans la planète de Saturne

Un géant, habitant le monde de Sirius : Micromégas est un individu fort érudit. Il s'intéresse à la dissection et en publie un livre dont le muphti l'accuse aussitôt d'hérésie. Le Sirien est alors condamné par le tribunal et s'exile. Il explore l'espace et arrive sur la petite Saturne où il rencontre le secrétaire de l'Académie de Saturne.

 

II – Conversation de l'habitant de Sirius avec celui de Saturne

Ils comparent leurs sens et déplorent leur petit nombre dont ils ne sont pas satisfaits ni l'un ni l'autre qui en possède davantage. De même pour l'âge qui se compte pourtant en milliers d'années. Ils comparent alors leurs deux mondes et s'instruisent mutuellement avant de décider de partir pour un voyage philosophique.

 

III – Voyage des deux habitants de Sirius et de Saturne

Le chapitre débute avec les remontrances de la maîtresse du Saturnien qui lui reproche son départ ; mais elle finit par aller se consoler avec un autre homme tandis que les deux voyageurs vont de lune en lune jusqu'à Jupiter, en quête de connaissances, puis dédaignant Mars, ils s'arrêtent sur la minuscule planète Terre pour se reposer.

 

IV – Ce qui leur arrive sur le globe de la Terre

Ils se nourrissent de montagnes et font très brièvement le tour du globe. Le Saturnien conclut vite que la planète est inhabitée contrairement à Micromégas et durant le débat le collier de diamants de celui-ci se casse. Ils remarquent que les diamants font effet de microscope et découvre une baleine que le Saturnien prend pour les habitants de cette planète. Ils aperçoivent alors un navire de philosophes revenant du cercle polaire.

 

V – Expériences et raisonnements des deux voyageurs

Ils se saisissent du vaisseau et ne constatent qu'après un long momen les terriens, infiniment petits à leur yeux.

 

VICe qui leur arriva avec des hommes

Les préjugés du Saturnien le poussent à affirmer que des êtres si petits ne peuvent posséder d'âme, donc ils ne peuvent pas penser ni communiquer et échanger des idées. Mais Micromégas remarque le contraire et coupe se coupe un ongle pour servir d'entonnoir fin d'entendre les hommes avec qui ils parviennent à communiquer. Ils constatent que ceux-ci sont doués d'intelligence malgré leur aspect misérable. Ils débattent ainsi à propos des petits animaux puis des grands pour qui les petits seraient insignifiants ou voire même invisibles.

 

VI – Conversation avec les hommes

Micromégas en vient à penser que le bonheur se trouve sur Terre mais les humains le corrige en expliquant que de la matière et l'esprit ils produisent davantage de Mal que de Bien (guerres …). Les deux visiteurs interrogent ensuite les humains sur leurs activités et leurs connaissances notamment sur la définition d'une âme. Chacun en vient à citer ou Descartes ou Aristote, puis l'un en vient à affirmer que tout dans l'univers a été créé pour l'Homme, démontrant ainsi son orgueil malgré sa petitesse. Le Sirien promet de leur remettre un livre écrit très menu avant leur départ où il irait au bout de leurs réflexions. Mais les hommes, ne voient finalement que les pages blanches.

 

Les personnages principaux :

L'Habitant de Sirius est un géant érudit : savant, philosophe, écrivain et explorateur. Il représente l'esprit des Lumières et est doté de toutes les qualités que doit avoir un philosophe de cette période dont la raison.

 

L'Habitant de Saturne est un personnage qui fait davantage confiance à son instinct et aux préjugés comme le fait que plus les animaux soient petits moins ils sont intelligents. Bien que cultivé, son mode de pensée permettent le débat avec Micromégas.

 

Les thèmes :

L'œuvre traite majoritairement de la relativité, en effet, la notion de « grand » et « petit » parsème l'histoire : toute chose a quelque chose de plus grand que lui et est donc plus petit que quelque chose. Micromégas vient ainsi du grec « mikros » (petit) et « megas » (grand).

L'obscurantisme est également évoqué puisque Micromégas est contraint à l'exil à cause de son livre. Ainsi, il part pour un « voyage philosophique » conformément à l'esprit des Lumières, en quête de nouveaux savoirs. Un cheminement instructif où les personnages sont aussi confrontés à la tolérance.

De plus, le livre traite de la place de l'Homme dans la Nature, de l'orgueil dont il fait preuve et de l'absurdité de la guerre ; ainsi que plus vaguement de la gravité et des lois de Newton.

 

L'intérêt de l'œuvre :

Le livre est court et accrochant. L'œuvre est ouvertement critique, les personnages et l'histoire servent de « décor » à la pensée voltairienne. Par ailleurs, il y a une certaine simplicité et naïveté dans l'écriture qui créent un côté comique et permettent au lecteur de mieux adhérer aux propos.

Enfin, Voltaire utilise le procédé du point de vue extérieur. Ce n'est plus l'Homme qui va juger les cultures étrangères mais c'est lui qui est jugé. C'est l'Homme et ses pratiques qu'on découvre à travers le regard de deux voyageurs parfois étonné par leurs découvertes.

 

 

Micromégas, conte philosophique de Voltaire paru en 1752 est une œuvre à la fois courte et mordante. Elle s'inspire du mouvement des Lumières contre l'obscurantisme et pour la quête de savoirs, notamment en dépassant les préjugés et se basant sur la raison. Ainsi, deux voyageurs venus d'ailleurs et bien supérieurs à l'Homme remettent en cause leurs certitudes à l'image de Rica et Usbek dans Les Lettres Persanes de Montesquieu publié en 1721.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Angeline 23/04/2017 21:59

j'aime me promener ici. un bel univers. venez visiter mon blog. merci

Angelilie 18/04/2017 18:29

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir